Histoire

Etudes préliminaires, qui se concluent par l’accord franco-anglais du 29 novembre 1962

Malgré quelques crises politiques entre français et anglais, les prototypes Concorde sont construits et le 2 mars 1969, à Toulouse, le prototype Concorde 001 effectue son premier vol. Plus de 50 compagnies se sont déclarées intéressées.

4 années et demie de développement du programme aboutissent le 26 septembre 1973 au premier vol transatlantique du Concorde de présérie Sierra Alpha. Le défi technique est pratiquement relevé, en revanche c’est à partir de 1973 que les vendeurs ne peuvent que constater que Concorde est « invendable ».

Ces années sont consacrées à la certification de Concorde et se terminent le 21 janvier 1976 par le vol inaugural d’Air France vers Rio et de British Airways vers Bahreïn.

Cette première période d’exploitation sur des lignes régulières s’avère lourdement déficitaire. Concorde n’est économiquement rentable que sur New-York dont la desserte supersonique ne débute que le 22 novembre 1977. A compter du 1er novembre 1982, Air France, comme British Airways, limite son réseau supersonique à New-York et débute, en parallèle, les vols spéciaux ou “chartered flights”.

Pour Air France, l’exploitation supersonique se partage entre une seule ligne régulière (New-York en 7/7) et de nombreux vols spéciaux allant du « baptême de l’air supersonique » au tour du monde en 3 semaines. Ces 17 années se traduisent par un bénéfice financier et une image de marque valorisée. Cette période se termine tragiquement par l’accident du 25 juillet 2000.

Analyse de l’accident et modifications techniques permettront la remise en vol en novembre 2001 mais l’exploitation s’arrête définitivement en 2003 ; au mois de mai pour Air France et octobre pour British Airways.

Avant d’entrer dans l’histoire, Concorde devra affronter les suites de la catastrophe du 25 juillet 2000 c’est à dire les enquêtes, les procès et les inévitables polémiques.

Retour

EnglishFrenchGermanSpanish