La Compagnie des Compteurs et les essais de structure de Concorde

Article publié dans la Revue Air et Cosmos, n° 113 du 10 juillet 1965

La Compagnie des Compteurs vient de se voir confier la réalisation des installations de conduite des essais de structure pour l’avion Concorde. A la demande de l’Etablissement Aéronautique de Toulouse, la Compagnie des Compteurs construit donc un ensemble de conduite automatique qui permettra d’étudier les phénomènes d’échauffement cinétique, simulé par des émetteurs infrarouges disposés autour de la cellule. Le même ensemble permet d’étudier des problèmes de refroidissement, ainsi que de simuler le système de forces variables auxquelles l’avion est sou­mis en vol.

L’installation réalisée par la Compagnie des Compteurs constitue donc un centre de mesure, de contrôle et de calcul qui assure deux fonctions bien distinctes : d’une part la conduite des essais en temps réel, permettant l’enregistrement toutes les 10 se­condes de 2.000 mesures (plus tard 4.000), la commande et la régulation de 150 voies de chauffage et d’autre part, après les essais, le dépouillement et l’édition des résultats sous une forme exploitable par les bureaux d’études.

Le principal intérêt de cette installation réside dans le fait qu’elle comporte un calculateur intégré et que la commande des différents organes s’effectue di­rectement sous forme numérique. L’unité centrale de cette installation est le calculateur français « Pallas », de la Société Européenne pour le Traitement de l’Information, SETI, filiale de la Compagnie des Compteurs.

Il faut noter enfin que les essais de structure mettent en œuvre des maté­riels et des éléments de cellule très onéreux, ce qui a conduit à prévoir des moyens importants de contrôle et de sécurité. Avant chaque essai, on effectue une vérification complète de chaque élément de l’ensemble. Pendant l’essai, la signalisation de toute défaillance d’un élément de l’ensemble est assurée.

EnglishFrenchGermanSpanish