Traitement technique en escales Tour du Monde

Record de vitesse vers l’ouest 12 et 13 octobre 1992

Par Patrick Sevestre

Le traitement technique du Concorde hors des escales régulières ne se limitait pas à la réalisation de la touchée. En effet, compte-tenu des spécificités de l’avion, cette opération nécessitait une préparation qui débutait généralement quelques semaines avant le vol. Afin de pallier à l’absence de personnel qualifié Concorde et du fait de la particularité du traitement en escale, la maintenance pré-positionnait deux techniciens (un de la maintenance en escale de DM-LK et un de la division entretien de DM-QN) dans chaque escale en complément des contrôleurs présents à bord. Ce fut le cas pour ce vol record tour du monde vers l’ouest, à l’instar de tous les autres vols « spéciaux ».

Au-delà de la touchée technique règlementaire et du dépannage éventuel, la mission était aussi de vérifier in situ, un à deux jours avant, la qualité des moyens au sol mis à disposition par la société d’assistance et plus particulièrement les groupes électrogènes GPU et pneumatiques ASU ainsi que les groupes de conditionnement d’air ACU. En cas d’incertitude sur la fiabilité et d’impossibilité de support local, une demande de mise en place de matériel était lancée auprès des services centraux. Cela se traduisait par l’envoi de matériel soit depuis CDG, soit depuis une escale Air France possédant son propre matériel au sol. En outre, un recensement des moyens de communication fournis par la société d’assistance était nécessaire pour s’assurer de la capacité de transmettre des télex ou des messages incidents. Dans l’avion, un lot de bord comprenant les principaux ingrédients, outillages et pièces de rechanges était réparti dans les soutes.  

Avant l’arrivée, un dernier point récapitulatif était fait concernant le déroulement de la touchée et la disposition des matériels autour de l’avion (briefing à l’attention des personnels locaux). Cela comprenait le guidage avion, le point d’arrêt, la localisation de la prise de parc électrique et le mode de mise en place des groupes (électrogène, climatisation), complément carburant, etc… Du fait de la faible capacité des réservoirs d’eau du Concorde, une attention spéciale était portée sur le « servicing » des toilettes.

Malgré l’agitation de l’environnement autour de l’avion, tout se passait le plus souvent bien. Cette préparation technique et logistique impliquait parfois la mise en œuvre par la Compagnie d’importants moyens qui, associés à l’expérience des personnes mises en place, permettaient une bonne gestion des inévitables aléas. Ainsi, le retour à la base principale se faisait dans les meilleures conditions possibles.

PS

Télex de félicitations rédigé par Jean Claude Gendronneau Directeur de la Maintenance et adressé aux équipes de la Maintenance qui avaient été engagées sur le tour du monde record vers l’ouest.

EnglishFrenchGermanSpanish