Raymond Machavoine

Après avoir obtenu son 1er baccalauréat en 1949 au lycée Théodore de Banville de Moulins, Raymond Machavoine est face à l’alternative suivante, entrer en classe terminale pour obtenir son baccalauréat ou profiter du Plan Marshall qui a été adopté par le Président Harry Truman pour une durée de 4 ans (1948 à 1952). Ce plan avait pour but de stimuler le redressement économique de l’Europe de l’ouest et contribuer à freiner l’extension du communisme.

Après s’être entretenu avec le proviseur de son lycée, il opte pour la seconde solution et et tente le concours du SALS (Service Aviation Légère et Sportive). 24 candidats participent à ce concours pour lequel il est reçu 3ème.

Après sa visite médicale et un stage de 25 h à Saint Yan, il s’engage pour 5 ans dans l’armée de l’Air. Son classement au concours lui permet d’être “Officier de réserve”. Il embarque en avril 1950 sur le Dixmude pour rejoindre la base de Norfolk (Virginie). Dix-huit mois de formation pour devenir “Pilote de chasse conventionnel”. Une formation assurée par le Lieutenant Jean Franchi, qu’il aura l’occasion de retrouver plus tard. Pour obtenir la qualification “Pilote de chasse réacteur”, Raymond revient en France, à Cazaux et à Mont-de-Marsan, et vole sur Vampire (Escadron 1/4 Dauphiné). Muté en Allemagne, sur la BA 136 de Friedrichshafen, il poursuit son perfectionnement sur le Vampire, dont il regrette toutefois la faible autonomie de 90 minutes. Il obtient sa qualification “Pilote de chasse de nuit” à Tours après avoir été lâché sur Meteor Mk 7 puis à Brétigny sur Meteor Nf 11.

Démobilisé le 17 juillet 1955, il prépare le concours d’Air France et rejoint la compagnie nationale en septembre de la même année :
– 05/09/1955 : Officier Pilote Stagiaire
– 09/04/1956 : Co-pilote (Vickers)
– 22/06/1961 : Licence PL
– 12/07/1961 : Qualification L 749 (Constellation) et L 1049G (Super Constellation)
– 11/12/1961 : Affectation à La Postale entant que Commandant de bord sur DC3
– 27/10/1962 : Qualification DC4
– 05/10/1964 : Stage formation Instructeur Pilote de Ligne IPL
– 26/10/1964 : Nomination en tant qu’Instructeur Pilote de Ligne (IPL) puis titularisé le 01/10/1965
– 23/01/1966 : Qualification SE 210 (Caravelle)
– 23/11/1966 : Qualification Mystère XX
– 4ème trimestre 1967 : Qualifications Nord 262 et Morane-Saulnier 760
– 16/06/1969 : Qualification B 707
– 29/01/1978 : Qualification B 747, puis IPL le 01/10/1979
– 12/09/1984 : Qualification Concorde (vol de lâcher)
– 01/03/1987 : Chef de la division Concorde
– 27/09/1991 : Dernier vol Concorde après 2 247 h de vol à son bord

Au cours de sa carrière, Raymond Machavoine a piloté 10 avions “militaires” (T6D – P51D – Mustang – Vampire Mk 1 et Mk 5 – Mosquito T3 – Gloster Meteor Mk VII et NF 11 – Dassault 315 – Goéland C449), 17 avions “Aviation légère” (Bücker 181 – Stampe SV4C – Piper cub – Sipa 901 – Tiger Moth – MS 315 – Caudron Phalène – Bébé Jodel – Robin DR 221 – Robin DR 315 – Robin DR 400 – Cessna 152 – Cessna 172 – Cessna 182 – Marchetti SF 260 – Beechcraft 55 Baron – King Air 200) et 14 avions “civils” (Goéland – Nord 262 – MS 760 Paris – DC3 – DC4 – Vickers Viscount V708 – Constellation L.749 – Super Constellation L.1049G – Caravelle SE 210 – Mystère XX – Boeing 707 – Boeing 747 – Concorde).

En tant que chef de division Concorde, Raymond Machavoine a eu le privilège d’avoir à son bord Jacques Chirac, Premier ministre, lors de son périple du 17 au 18 septembre 1987 (Paris – Pointe à Pitre – Lima – Hao – Nouméa – Hao – Lima – Pointe à Pitre – Bordeaux – Paris) ; le Pape Jean Paul II à l’occasion de son seul vol en Concorde, de La Réunion à Lusaka le 2 mai 1989 et 40 fois le président de la République François Mitterrand (voir lesvolsdeconcorde.com).

Revenons à la seconde rencontre avec Jean Franchi. A l’occasion d’une rotation sur Rio de Janeiro en Boeing 747-200, Raymond Machavoine retrouve, à l’escale de Dakar, son formateur de Norfolk qui vient effectuer un test sur le F-WTSB. Il est alors invité à participer, en tant que passager à ce vol. Raymond Machavoine doit être l’un des rares commandants de bord à avoir effectué un vol en Concorde avant ses 2 vols d’observation.

Philippe Borentin

Raymond Machavoine en 1951 devant un P51 Mustang lors de sa formation aux Etats Unis

© Collection Machavoine DR

EnglishFrenchGermanSpanish